Quand les enfants du périscolaire rencontrent l’ancien instituteur et directeur d’école de Vogelgrun.

 

En ce mois de septembre les enfants accueillis au périscolaire, encadrés par les animatrices,  avaient travaillé sur le thème de la rentrée. Pour finaliser leur réflexion et leur travail, l’idée était venue d’inviter l’ancien instituteur et directeur de l’école du village, Mr Weissbeck.

 Tableau  Mr WEISSBECK avec les enfants

La rencontre a eu lieu le 30 septembre 2019, dans les locaux du périscolaire avec une petite dizaine d’enfants présents ce jour-là. Ils étaient entourés de Chloé la directrice et des animatrices Delphine et Valérie.

Les enfants avaient bien préparé la rencontre, les nombreuses questions posées à Mr Weissbeck par les plus grands en témoignent. Questions auxquelles il a répondu de bon cœur et tout en bienveillance.

 enfants sur le banc

«Où était l’école avant ? ». « Pourquoi avoir construit une autre école ? ». « Vous aviez combien d’enfants dans votre classe ? ». « Avez-vous eu d’autres métiers ? ». « Vous avez pris votre retraite à quel âge ? ». « Vous aviez une classe à gérer quand vous étiez directeur ? ».  « Les enfants apprenaient l’allemand à l’école ? ». « Est-ce que l’école était mixte ? Les enfants portaient une tenue ? » « Faisiez-vous du sport ? ». « Il y avait un directeur avant vous ? Et après vous ? ». « Combien de maitres et de maitresses étiez-vous ? ». « Faisiez-vous des sorties scolaires ? » « Est-ce que le périscolaire existait ? ».« Vous aimiez l’école quand vous étiez enfant ? ». « Vous parlez allemand aujourd’hui ? ».

 Louisa lève la main

C’est ainsi que les enfants ont appris et découvert… 

- Qu’autrefois l’école était dans le bâtiment de l’ancienne mairie (surprise des enfants du péri : « Waow ! ») et que la cour était à l’arrière.

- Que l’école actuelle a été construite suite à l’agrandissement du village par les lotissements. Durant la construction du nouveau bâtiment, la classe se tenait dans  des préfabriqués mobiles prêtés par la société Schroth. Pendant cette période il y avait deux classes. Il y avait alors une classe, pour les plus jeunes, dans le bâtiment en dur et pour les plus âgés (élèves de Mr Weissbeck), dans le bâtiment mobile.

- Que jusqu’en 1962 les enfants allaient à l’école jusqu’à l’âge de 14 ans. L ‘école maternelle n’existait pas.

- Qu’il y avait + ou – 25 enfants âgés de 6 à 14 ans, tous dans la même classe. (« Je me demande aujourd’hui comment j’ai fait… ! »)

- Qu’en plus de son métier d’instituteur, Mr Weissbeck exerçait la tâche de secrétaire de mairie.

- Qu’il a pris sa retraite à 58 ans, après 37 ans ½ d’enseignement.

- Qu’il enseignait alors à des CM1-CM2.

- Que les élèves apprenaient l’allemand, dispensé par lui-même, 3 heures par semaine. Un apprentissage de la langue par le biais de sketchs.

- Que l’école de Vogelgrun a toujours été mixte, contrairement aux écoles de Volgelsheim et de Neuf-Brisach. Les élèves ne portaient pas de tenue spécifique.

- Bien-sûr les élèves faisaient du sport. C’était de toute façon obligatoire. Ils faisaient de la course, sans survêtement ni baskets. La pratique du sport a été plus facile lorsqu’il y a eu la nouvelle école car il y avait du matériel sportif.  Quand la piscine de l’Ile du Rhin a été construite, ils allaient à la piscine en bus, une fois par semaine.

- Avant et après Mr Weissbeck, c’était Mlle Meyer (devenue l’année suivante Mme Spatz) puis Mme Evelyne Jeandel qui lui ont succédé.

- Qu’il y avait 4 puis 3 enseignants.

- Les enfants du péri se sont tous exclamés d’un même « WAOW la chaaaance ! » lorsqu’ils ont appris qu’en plus d’une ou 2 excursions par an, les élèves partaient une semaine en classe verte. « On préparait tout nous-mêmes. Mme Karst était notre cuisinière et il y avait 2 parents qui nous accompagnaient ». Réaction des enfants : « Et alors ? Quand vous reveniez c’était quoi la 1ère réaction des parents ? Ils pleuraient ? »

- Grande a été leur surprise d’apprendre que le périscolaire n’existait pas. « Comment faisaient les parents quand ils rentraient à 18h ? Comment faisaient les enfants ? »       

Et d’essayer de réaliser qu’à cette époque la plupart des mamans ne travaillaient pas comme celles d’aujourd’hui. (Autre temps, autre fonctionnement de la société...)

- En évoquant son parcours d‘écolier durant les années 40-45 (Mr Weissbeck est né en 1936), les enfants ont découvert que les petits alsaciens allaient à l’école allemande.

Lui-même ne parlait que le dialecte à la maison. C’est ainsi que ce n’est qu’à la fin de la guerre qu’il a appris le français, à l’école, tout d’abord par un simple vocabulaire. Par ex. le maître montrait une chaise et faisait répéter le mot « chaise » et non « Stuhl ». Par la suite la scolarité de Mr Weissbeck s’est poursuivie au collège dans un institut religieux.

Dès son plus jeune âge il a aimé l’école.

- Et aujourd’hui il est content de parler allemand. Ce qui est bien pratique puisque ses voisins sont germaniques.

Photo montage

S’en est suivie une discussion libre entre les enfants et l’ancien directeur de l’école sur ce qu’il garde des joies de son métier, ses satisfactions d’enseignant.

« La joie du travail a toujours été très importante pour moi. La réussite professionnelle de certains élèves (par ex. deux qui sont devenus médecins) est une satisfaction. A l’école les élèves ont appris à travailler, à être assidus, à essayer de réussir. Mais le plus important dans notre vie d’enseignant est d’aimer les élèves, les enfants. »

Quand il a été rappelé à Mr Weissbeck qu’il était autant craint qu’aimé par les élèves de Vogelgrun, il a répondu par un proverbe qui a toujours dicté sa ligne de conduite : « Qui aime bien châtie bien ». Proverbe qui résume toute la base de sa pédagogie durant sa carrière : « l’amour de l’enfant et le respect de l’enfant. »

photo groupe

Monsieur Joseph Weissbeck, bien aimé et respecté autrefois et aujourd’hui encore :

MERCI pour votre  témoignage !